Responsable de l’axe :
Claire Tran (Université Paris Diderot, CESSMA)

Cet axe s’intéresse aux processus qui aboutissent à l’affirmation ou la reconnaissance du caractère pluriel des sociétés dans un contexte de globalisation accru. Il entend analyser les politiques de gestion du pluralisme et de la diversité, dans les quatre domaines du politique, du culturel, du religieux et de l’économique sur la période contemporaine, avec une perspective de longue durée. L’étude des politiques, des acteurs et des circulations du pluralisme et de la diversité adopte une approche résolument comparatiste, multiscalaire et pluridisciplinaire et privilégie deux aires : l’Europe au sens large et l’Asie avec une ouverture sur le monde musulman.

Thématiques et manifestations scientifiques associées

Pluralisme religieux et gestion publique du religieux : les sociétés d’Asie face aux défis de la globalisation

Concentrée sur l’aire Asie, caractérisée par une grande diversité religieuse qu’il s’agisse de religions anciennes (bouddhisme, néo confucianisme, christianisme, islam) ou plus récentes, l’étude intègre aussi un large espace globalisé de réseaux transnationaux et d’échanges avec le monde occidental et musulman. Comment la gestion du religieux et la production de normes ont-elles été élaborées et comment les Etats redéfinissent-t-ils aujourd’hui leur politique face à la diversité du religieux, des acteurs et du champ de leurs actions, dans un contexte de circulation accrue des normes et idées ?

Avec David Camroux, (Sciences Po, CERI), Claire Tran (Université Paris Diderot, CESSMA), Ji Zhe (INALCO), Kim Hui-Yeon (INALCO, CECO), Sébastien Billioud (INALCO, CESSMA), Renaud Egreteau (Sciences Po, CERI), Florence Galmiche (Université Paris Diderot, CESSMA), Gwenaël Njoto-Feillard (Institute of Southeast Asian Studies, Singapore, Indonesia Studies Group).

Trajectoires de l’institutionnalisation de la diversité et politiques de gestion de la main-d’œuvre des entreprises

Avec la responsabilisation sociale des acteurs économiques, la diversité est devenue un investissement social et un moyen de lutte contre les inégalités. Il s’agit de s’intéresser à l’institutionnalisation de la diversité comme nouveau vecteur des politiques publiques de l’emploi et à la construction et usage par les entreprises des politiques de la diversité dans la gestion de la main d’œuvre. Cette politique de la diversité dans les entreprises traduit-elle une « managérialisation » de la loi antidiscriminatoire ou remet-elle le capital humain au cœur des stratégies des firmes ?

Avec Amel Ben Rhouma, (Université Paris Descartes, CEDAG), Elena Maskova (Université Paris Descartes, PHILéPOL).

Les politiques étrangères de la Guerre froide à la globalisation

Ce dernier quart de siècle, l’articulation des relations internationales avec l’émergence des sociétés plurielles s’est affirmée comme une problématique centrale. Il s’agit de revenir sur l’expérience de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (processus d’Helsinki) comme paradigme fondateur de l’affirmation du pluralisme comme enjeu majeur des relations internationales sur fond de fin de Guerre froide et d’étudier aussi l’interaction entre gouvernements et sociétés, l’influence de la diplomatie sur les sociétés est-européennes et l’essor des contacts et réseaux entre sociétés de part et d’autre du rideau de fer.

Avec Anne-Marie Le Gloannec (Sciences Po, CERI), Anne De Tinguy (INALCO, CREE et CERI), Frédéric BOZO (Sorbonne Nouvelle Paris 3, ICEE), Sophie Coeuré (Université Paris Diderot, CESSMA).

Européanisation des territoires urbains et des villes d’Europe centrale et orientale (ETUVE)

Au travers des politiques de la ville, de l’architecture et du patrimoine (culturel et linguistique), comment les modèles occidentaux, véhiculés par l’Union Européenne et sa politique de voisinage, influencent depuis 1989 le devenir des villes des pays d’Europe centrale et orientale, notamment pour ce qui est du respect de la diversité sociale, ethnique et culturelle ? Il s’agit également d’aborder la gestion de la diversité dans le domaine éducatif et migratoire et sur le plan de l’histoire des idées, de s’interroger sur les notions de mobilité, de formation, de pluralisme.

Avec Gilles Lepesant (CNRS, Géographie-Cités), Marie-Louise Pelus-Kaplan (Université Paris Diderot, I.C.T.), Alain Pelissier (ENSAPVS).

Pluralisme linguistique: visibilité et coexistence des langues dans les villes

Avec Florence Mourlhon-Dallies (Université Paris Descartes) et l’Université du Luxembourg.

Ce projet a pour objectif d’analyser le déploiement des langues dans l’espace public à Paris et au Luxembourg à travers  une enquête de terrain menée à Paris par F. Mourlhon-Dallies et les étudiants du Master Signes, Discours et Monde Contemporain (Université Paris Descartes) et au Luxembourg avec Ingrid de Saint Georges (linguiste, analyste de discours et spécialiste du multilinguisme) et Kasper Juffermans (Africaniste, sémioticien), tous deux enseignants chercheurs à l’université du Luxembourg.

En savoir plus  « Déploiement des langues dans l’espace public »

 

pdf-icone
Consultez la bibliographie de Sociétés plurielles